Un jour dans la vie d’une remote worker – Agathe

Pour nous parler de télétravail, qui de mieux que ceux qui le vivent tous les jours. Afin de présenter une grande variété de profils de Remote Workers, voici une série de portraits en mode interview.
J’ai eu la joie de pouvoir interroger Agathe, CMO de la start-up WP Media, en télétravail depuis bientôt 1 an, principalement depuis son domicile.

Hello Agathe.
Tu es notre premier portrait de Remote Worker.
Commençons par te présenter.

J’ai 39 ans, mariée, trois enfants et je fais du marketing depuis toujours ou presque. Je suis directrice marketing chez WP Media, la start-up lyonnaise en pleine croissance qui vend les deux produits WP Rocket et Imagify, dédiés à l’optimisation des temps de chargement des sites WordPress

J’habite près de Lyon depuis peu : j’ai pas mal bougé dans ma vie professionnelle et même dans mon enfance donc je suis quelqu’un d’assez adaptable et d’assez curieux. Je pense que, quelque part, c’est une bonne base pour pouvoir s’essayer au télétravail.

J’ai un cursus assez traditionnel à la base : école de commerce, structures assez classiques, des grosses entreprises. Mais mes changements de lieux de vie et de travail fréquents m’ont obligé à me réinventer et m’adapter à des environnements de travail très changeant.  J’ai ainsi vécu des formes de travail très variées : j’ai travaillé en français, en anglais, dans de très grands bureaux, de très beaux, toute seule dans des open spaces…
J’ai ainsi rapidement appris à être ouverte à de nouvelles façons de faire, à des changements de culture, à une routine qui n’est jamais la même…  En fait à devoir vraiment plus se focaliser sur le travail à faire plus qu’autre chose.

Depuis quand es-tu passé au 100% télétravail ?

Ma première expérience en télétravail date de novembre 2018, et ça a entraîné trois gros changements dans mon quotidien :

  • Tout d’abord intégrer une nouvelle entreprise : s’adapter à un nouveau produit et à une nouvelle culture d’entreprise, aux nouvelles personnes avec qui tu travailles. 
  • Se confronter au multiculturel : on travaille tous les jours avec des collaborateurs dans le monde entier, dans une autre langue, avec plein de cultures différentes
  • Découvrir une forme de travail complètement différente puisqu’on ne se rencontre pas ou très peu, on travaille chacun de chez soi ou dans un espace de coworking 

Cela m’a demandé une grande adaptabilité et une curiosité, que j’avais déjà au final de par mon parcours de vie.

Comment se passe aujourd’hui ton quotidien, et en quoi est il différent en télétravail ?

Je suis très organisée et très carrée 🙂
Une des chances que j’ai, pour me faire à ce nouvel environnement de travail, est que j’ai une famille. Je pense que ça m’aide beaucoup dans l’organisation et dans la façon dont je gère le télétravail.
Aujourd’hui, ma famille est quelque chose qui me donne un bon équilibre parce que effectivement j’ai une vraie routine de télétravail à cause et grâce à eux.

J’ai des journées qui sont assez assez cadrées dans le sens où le matin je me lève pour préparer mes trois enfants et les amener à l’école. Ma journée commence après les avoir déposés .

Je suis organisée à la semaine, c’est-à-dire que chaque vendredi soir je fais la liste de mes priorités de la semaine suivante.

to do list


C’est quelque chose que je faisais déjà avec plus ou moins de succès dans mes précédentes expériences dans le sens où, avant, je n’étais pas complètement maître de ma semaine ou de ma journée.

Il y a un rythme qui m’était donné par l’entreprise de façon beaucoup trop important. Je subissais le rythme des autres et celui des réunions … 

En fait, je me suis retrouvée en commençant le télétravail devant des plages de temps beaucoup plus longues. Parfois avec la frustration d’avoir passé beaucoup de temps sur quelque chose qui ne le nécessitait pas parce que je n’avais pas été interrompue 🙂
Cela m’a vraiment demandé de me réorganiser et de réfléchir à ce que je voulais produire pour l’entreprise dans la semaine, et à quoi je voulais dédier du temps dans mon organisation personnelle. 

Je me suis ainsi rendu compte que ces choses importantes, sur lesquelles je voulais vraiment me concentrer et produire, je les faisais mieux le matin.

Puis entre midi et deux, je fais toujours une grosse coupure. En commençant à 8h30 avec un travail de fond, le midi je ressens plus le besoin de couper.

Je vais courir deux fois par semaine, je vais déjeuner avec des amis, d’anciens collègues…  en fait j’ai besoin de sortir de la maison.

J’étais adepte de la pause très courte dans mes anciennes entreprises pour pouvoir profiter du temps après le travail et finir plus tôt. Le télétravail change pas mal au final les rapports au temps et au travail.

Quand les enfants arrivent vers 16h, c’est parfois difficile d’arrêter le travail car il se passe toujours quelque chose sur le Slack, surtout avec les différentes timezones.
Le fait d’avoir une famille m’oblige vraiment à me dire que là maintenant la journée est terminée, ça je le note et je le prendrai en compte demain matin dans mes priorités.

C’est vraiment ce qui m’a intéressé au début dans le télétravail, cette flexibilité là, de se dire j’ai trois enfants donc des imprévus à gérer (avec des enfants j’en ai plein) … et c’est très difficile à gérer en entreprise classique.
En télétravail, je peux prendre deux heures pour aller regarder le spectacle de l’école de ma fille en pleine journée puis revenir travailler après. C’est la flexibilité et la liberté.

Par contre oui il y a beaucoup moins de barrières entre la vie personnelle et professionnelle ou en tout cas elles ne sont pas très nettes… mais c’est quelque chose que je trouve positif.

Cette perméabilité est dans les deux sens et c’est parfois difficile de conserver le bon équilibre vie perso/pro.
Il y a des moments où on a besoin de s’investir plus dans sa vie de famille ou plus dans son travail.
Pour moi le télétravail me permet de gérer ces deux points en même temps et c’est un luxe.

Tu as le sentiment d’être plus productive en télétravail ?

J’ai vraiment l’impression, particulièrement dans mon précédent travail, dans un très grand open space, que je subissais les autres enfin le rythme des autres. Je sentais que ce n’était pas mon rythme et donc je n’étais pas toujours super productive.

J’ai découvert que j’avais un rythme en commençant en télétravail. On apprend quand même beaucoup sur soit car on est quand même beaucoup plus centré sur soi en télétravail. 

Quand on se retrouve toute seule chez soi devant une journée entière, de temps libre (dans le sens non segmentée par des réunions, des échéances etc.) on est obligé de réfléchir à son organisation.
Le fait de se dire aujourd’hui, à la fin de la journée, je voudrais avoir produit ça et d’y parvenir me rend très satisfaite de ma journée.

Le télétravail m’a vraiment apporté dans mon organisation personnelle, dans la compréhension de comment je fonctionne dans mon rapport aux autres, et d’avoir au final une meilleure connaissance de mes compétences et de ma personnalité.

Je suis une personne très sociale, je ne fais pas du télétravail parce que je ne veux pas voir les gens 🙂 Mais j’avais l’impression de subir les gens dans cet open space parce qu’ils pouvaient parler et faire du bruit à des moments où j’avais vraiment besoin de me concentrer et cela me gênait. 

Cela envahissait ma sphère personnelle, cela m’empêchait d’atteindre mes objectifs et de performer dans ce que je faisais. …
Plus toutes les réunions intempestives auxquelles tu es convié alors qu’en fait tu n’as rien à y faire…  Tout ceci était des freins à ne serait-ce qu’à la satisfaction d’accomplir sa mission.

Je ne parle même pas de la performance et de la reconnaissance de la performance par les autres mais ne serait ce que personnellement de se dire que dans ta journée t’as produit quelque chose et que tu as été utile à ta société et à la société. 

Agathe et son équipe au dernier WordCamp Paris
Agathe et son equipe au dernier WordCamp Paris
Cela ne t’isole pas justement trop des autres d’être en télétravail ?

Au contraire je vais plus vers les autres car je vais plus chercher le contact. Je fais beaucoup plus d’événements en dehors du travail, je vais beaucoup plus volontiers aller déjeuner avec des anciens collègues, des amis…
Je vais plus rechercher un vrai contact, une vraie relation humaine alors que quand je la subissais j’avais juste envie de m’extraire de ça en entreprise.

Tu travailles toujours de chez toi ou parfois tu travailles d’ailleurs ? Es-tu plutôt canapé ou bureau ? 

Avant de commencer je m’étais renseigné sur les espaces de co-working et finalement je ne suis pas allée.
Je me suis vraiment bien installée chez moi, dans une pièce à moi, avec un double écran et j’aime bien. Je me sens plus efficace sur pas mal de tâches. En plus je gagne du temps sur les temps de trajet.

Bureau de travail d'Agathe
Bureau de travail d’Agathe

Je change assez peu d’endroits sauf pour travailler avec d’autres personnes de mon entreprise. A ce moment-là, on va prendre une salle de réunion pour travailler ensemble sur un sujet dans un co-work. Mais je travaille quasiment exclusivement de chez moi.

Pourquoi choisir le télétravail. Qu’est ce qui a fait que tu as eu envie de changer et d’accepter cette proposition ?

Je n’ai pas cherché le télétravail et je n’ai pas choisi le télétravail. Je dirais que le télétravail est venu avec le poste qui me plaisait vraiment. Ce n’était pas du tout un critère de recherche.

J’ai accepté ce poste en télétravail pour être parfaitement honnête, avec un gros point d’interrogation dans le sens où, ce qui avait dit en entretien était séduisant, pour tout ce que j’ai dit avant sur l’équilibre vie professionnelle et vie familiale.
Je voyais bien qu’il y avait des choses qui pouvaient m’intéresser mais j’avais des vraies craintes parce que je ne l’avais jamais vécu à temps plein.

J’avais déjà testé au rythme d’une journée par semaine dans des entreprises où quand tu télétravailles, tu es toute seule à télétravailler. Les autres sont dans les bureaux.
Je suis suis donc interrogée sur “est ce que je ne vais pas me sentir seule.” ?

En plus je ne connaissais pas du tout d’entreprises complètement en télétravail, ce n’était pas des milieux dans lesquels j’évoluais. Donc ça m’a même interroger sur le sérieux de l’entreprise, et de l’offre puisqu’ils n’avaient pas de bureau !

Au final j’ai accepté le poste non pas parce qu’il était en télétravail mais parce que j’avais envie de ce poste, pour les gens que j’avais rencontré, pour la mission, pour les valeurs de l’entreprise pour plein d’autres choses dont le télétravail.

Si je devais chercher aujourd’hui un autre poste je pense que je serai en télétravail. Après c’est assez récent pour moi donc j’ai du mal à me projeter sur une très longue période. Mais d’avoir connu la liberté, l’autonomie, la confiance dont on dispose en télétravail, revenir là-dessus me paraît vraiment difficile.

Comment on réagit les personnes autour de toi quand tu as opté pour le 100% télétravail ?

Comme je le disais plus haut, dans mon milieu, le télétravail n’est pas quelque chose que les gens connaissent ou alors uniquement ponctuellement parce qu’il a neigé et que tu peux pas sortir de chez toi !
J’ai parfois entendu dire “moi je ne pourrais jamais”, “Est ce que tu arrives à travailler quand même .. tu n’as pas envie de rien faire chez toi ?”, “Est ce que des fois tu n’es pas tenté quand même de lancer une machine à laver” …. ?

Ce sont des questions qui me paraissent complètement loufoques maintenant que je le vis tous les jours 🙂

Tu ressens le sentiment d’appartenance à l’équipe malgré la distance ?

Je pense qu’il y a en premier un vrai sentiment d’appartenance par le fait qu’on oeuvre ensemble pour une cause commune. On fait vraiment partie d’une équipe.

Par contre si on se voyait jamais ça serait plus compliqué mais entre les évènements et le startup retreat, nous avons l’occasion de créer des liens.

START-UP RETREAT DE WP MEDIA EN 2016
Start-UP retreat de WP MEDIA en 2016

On a besoin de se voir physiquement pour mieux connaître les personnes, comment il parle, sa façon de réagir etc. ça va fluidifier le travail. C’est un vrai plus. Ce n’est pas un handicap au travail de ne pas se voir mais je pense que ça mais ça met de l’huile dans les rouages et ça met de la connivence qui fait qu’on observe ou collabore certainement mieux.

Pour ceux qui doute du télétravail, tu aurais quel message ?

Je suis devenue une fervente “défenseuse” du télétravail : le fait d’avoir commencé à vivre cette expérience m’a donné la conviction que c’est le travail de demain. 

J’ai envie d’enroller plein de personnes dans le télétravail !

Je souhaite à tout le monde d’avoir la possibilité de télétravailler : je m’épanouis pleinement dans cette forme de travail et je suis convaincue que c’est l’avenir.
Refaire confiance à l’humain, de remettre l’humain au centre, de lui redonner sa liberté et son autonomie sont très bénéfiques.

Au niveau écologique, je suis convaincue que c’est une tendance vers laquelle on va aller de plus en plus. Même au niveau économique, à voir ces énormes open space parfois à moitié occupés, on imagine le coût que ça a pour l’entreprise. Sans compter celui de devoir déplacer tout le monde dans un même lieu physique au quotidien.

Je suis persuadée que c’est l’avenir et que de plus en plus de gens vont travailler sous cette forme.

Merci Agathe pour ce témoignage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.