Qu’est ce que le télétravail

En fonction des personnes interrogées, on peut entendre plusieurs définitions du “télétravail”. Certains pensent qu’il s’agit de travailler ponctuellement de son domicile, d’autres que c’est une “façon de travailler tout en voyageant”…
En faisant des recherches pour la rédaction de cet article, j’ai moi-même beaucoup appris sur la réelle définition du télétravail. Je vous propose aujourd’hui de vous partager le résultat de mes explorations.

La définition du télétravail

Selon le Code du travail français et son article Article L1222-9, “[…] le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication”. 

Il s’agit d’un travail qui est réalisable dans les bureaux de l’entreprise qui est finalement effectué dans tout autre lieu délibérément. 

Le salarié est alors qualifié de télétravailleur, travailleur à distance, travailleur nomade, remote worker, … bref de nombreuses expressions existent désormais pour définir cette nouvelle forme de salariat.

Nouvelle … Pas tant que ça.

Le concept de télétravail enfin plutôt du travail à distance date des années 1950 avec Norbert WIENER, un chercheur qui effectuait des travaux sur la cybernétique. Il partage ses travaux concernant un architecte qui vivait en Europe en supervisant des travaux aux États-Unis sans se déplacer, grâce à des moyens de transmission de données.

Dans les années 70, avec la mondialisation, le développement du téléphone, du fax, des ordinateurs personnels, le télétravail est rapidement apparu comme une opportunité pour les pouvoirs publics et les entreprises. Réduction des coûts, aménagement du territoire, externalisation … de nombreuses motivations principalement économiques ont été à l’origine du télétravail. 

L’explosion d’internet des années 2000 va accélérer le développement de cette pratique, principalement dans les secteurs de l’informatique et du conseil. Mais le télétravail reste cependant très peu encadré par des règlementations. 

Selon une Etude Teletravail Malakoff Mederic Comptoir Nelle-entreprise de 2019, 21% des salariés en télétravail le font de façon non contractualisée.

21% des salariés en télétravail le font de façon non contractualisée.
21% des salariés en télétravail le font de façon non contractualisée.

Pourtant, un premier accord-cadre européen sur le télétravail date de 2002.
Il s’agissait à l’époque de renforcer la qualité de l’emploi du télétravailleur : le salarié en télétravail doit pouvoir bénéficier des mêmes droits en matière de protection sociale que les salariés exerçant dans les locaux de l’entreprise. 

Les principaux points traités par cet accord concernaient : 

  • Le caractère volontaire du télétravail
  • Les conditions d’emploi des télétravailleurs
  • La protection des données
  • Le domaine de la vie privée
  • Les équipements nécessaires pour l’exercice du télétravail
  • Les conditions requises en matière de santé au travail
  • L’organisation du temps de travail
  • La formation des télétravailleurs
  • Les droits collectifs des télétravailleurs 

L’accord de 2002 laisse chaque État membre le choix de l’appliquer ou non dans sa législation et règlementation nationale. 

Transposé en France dès 2005 par un accord interprofessionnel puis dans les textes de loi en 2012 avec la LOI n° 2012-387 du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l’allègement des démarches administratives, le télétravail est désormais encadré. Le télétravailleur dispose d’un statut juridique et le télétravail est inscrit dans le Code du travail. 

L’ordonnance  Macron du 22 septembre 2017 ou l’évolution du télétravail

L’ordonnance dite « Macron » en vigueur depuis le 24 septembre 2017 assouplit le régime juridique du télétravail. Il peut-être convenue par un accord collectif ou une charte élaborée par l’employeur.

Le salarié et l’employeur peuvent même convenir du télétravail par un simple accord, comme un échange de e-mail. Il n’est plus nécessaire de l’inscrire dans le contrat de travail.

Pour lever les freins à la mise en place du télétravail, elle supprime aussi la distinction entre télétravail régulier et télétravail occasionnel. 
La règlementation sur le télétravail concernait « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail… est effectué hors de ces locaux de l’entreprise de façon régulière et volontaire ».
Désormais, le télétravail peut être régulier ou occasionnel. Il existe effectivement plusieurs typologies de télétravail.

Les différentes formes du télétravail

Le télétravail peut être effectué de bien des façons, en fonction des entreprises et des métiers exercés par les salariés.

Le télétravail à 100%

Dans certaines entreprises, il n’existe pas de bureaux physiques et l’ensemble des salariés travaillent à distance. C’est notamment le cas de mon agence web depuis quelques années. Il est très répandu à l’étranger et beaucoup moins en France. Selon l’étude Ipsos de 2018, ce télétravail 5 jours par semaine concerne 6% des télétravailleurs français.

Le télétravail nomade (ou mobile)

Il s’agit des salariés qui se déplacent régulièrement. Plus généralement, ce sont des travailleurs sans bureau fixe, par exemple les commerciaux qui alternent domicile, et rendez-vous clients. Cela peut être aussi par choix, pour pouvoir cumuler voyage et travail.

Le télétravail occasionnel

C’est la majorité des télétravailleurs en France. En effet en moyenne, les salariés qui travaillent à distance, le font 2 jours par semaine, et la durée idéale serait autour des 7 jours par mois. C’est le cas des salariés qui préfèrent finir un dossier de leur domicile par exemple. Ce télétravail peut être fixe ou variable : un jour défini dans la semaine dans un mode habituel ou bien en fonction des besoins ou envie tous les mois. 

Le télétravail en télécentre

Le télécentre est un bureau équipé pour le travail à distance, mis à disposition pour les télétravailleurs d’entreprises ou d’administrations. Ces télécentres offrent les avantages du télétravail en réduisant certains inconvénients du télétravail à domicile (exemple poste de travail professionnel, moins d’isolement, un droit à la déconnexion facilité…)

Le télétravail à domicile

C’est également la plus connue et la plus simplifiée.
En général, lorsqu’on mentionne le télétravail, la plupart des personnes pensent travailler de chez soi. D’ailleurs, l’Etude Teletravail Malakoff Mederic Comptoir Nelle-entreprise réalisée en 2019 confirme en chiffre cette vision. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.